Olivier Longeon : « Une grosse inquiétude pour le centre-ville stéphanois »

5 mai 2020 par Esther Cicero
754 vues

Conseiller municipal d’opposition et conseiller métropolitain EELV (Europe Écologie Les Verts), Olivier Longeon devrait faire liste commune avec Pierrick Courbon au second tour des municipales, dans le cas où ce dernier aurait lieu en juin. À quelques jours d’une sortie progressive de confinement, il nous livre ses combats et ses sentiments sur la crise que nous traversons, ainsi que sur le monde d’après.

Vous plaidez depuis quelques semaines pour une place plus importante de la circulation à vélo dans l’espace public. Monsieur Perdriau a notamment annoncé la création de 30 kilomètres de pistes cyclables au 11 mai. En tant que membre de l’opposition, vous considérez aujourd’hui avoir été entendu par la majorité ?

Nous demandions plusieurs alternatives, en réalité, pour freiner le retour massif à la voiture. Pour ce qui est du vélo, une cinquantaine d’axes devraient en effet être aménagés, mais pour l’instant, nous ne savons pas lesquels, ni s’ils concernent Saint-Étienne uniquement, ou Saint-Étienne Métropole. Nous demandons également davantage de transports en commun, parce qu’on sait que de nombreuses personnes ne peuvent pas télétravailler, et vont donc vouloir les emprunter dès le 11 mai. Là-dessus, nous n’avons aucune réponse. Et puis, il est important de mettre en place des mesures en faveur des piétons, puisque sur certains trottoirs, il semble évident qu’on ne pourra pas se croiser en respectant les distances de sécurité. Le maire nous a indiqué qu’il y aurait des aménagements, mais il n’a pas dit lesquels.

On sait qu’une crise économique nous guette, peut-être dramatique. Est-ce que vous êtes inquiet pour Saint-Étienne, qui n’est pas forcément « au top » économiquement parlant ?

J’ai en effet de vives inquiétudes, notamment pour le centre-ville. Je pense aux bars et aux restaurants, qui in fine auront dû se passer de trois ou quatre mois d’activité. Beaucoup n’ont pas pu avoir accès aux prêts garantis par l’État, et certains vont fermer, inévitablement… Et cela nuira nécessairement à tout le centre-ville. Le complexe Steel, qui s’étend sur 54 000 m², ne devrait pas ouvrir tout de suite, et tant mieux pour le centre. Mais cela arrivera un jour, et cette concurrence nouvelle sera un nouveau coup dur pour tous les commerces de proximité.

« Il faut un plan Marshall en faveur des énergies vertes, décidé par l’Union Européenne »

Peut-on empêcher la situation un peu catastrophique qui semble se dessiner ?

Pour l’empêcher, il faut un plan de relance massif, qui passe par le soutien au centre-ville, notamment grâce au renforcement des transports en commun et également par la piétonisation.  Il faudra sauver tout ce qui peut être sauvé. Aujourd’hui, au vu de la situation des entreprises, on a du mal à se projeter dans l’après. On sait que certaines ont vu leurs carnets de commande se vider, mais on sait également que d’autres ont pour le moment assez bien résisté. Il faudra veiller à ce qu’elles ne soient pas victimes d’un effet domino. Notre bassin compte de nombreuses entreprises qui travaillent dans le secteur des énergies vertes, et cela pourrait être une manière pour le territoire de tirer son épingle du jeu. Mais pour cela, il faut un véritable plan Marshall en ce sens, décidé par l’UE.

En étant optimiste, on peut aussi se dire que Sainté dispose de nombreux atouts qu’elle pourrait faire valoir…

En effet, en étant optimiste, on peut aussi se dire que la ville pourrait bénéficier d’un certain inversement des logiques. Je pense aux Lyonnais qui viennent de passer deux mois enfermés en famille dans leurs appartements… Peut-être que certains vont se dire que pour le prix de leur 50 m² à la Croix-Rousse, ils peuvent avoir le double ou le triple à Saint-Étienne, avec un extérieur, et sur un territoire où l’on vit à proximité immédiate de la nature…

Durant ce confinement, on a vu de très nombreux Stéphanois s’investir sur le plan de la solidarité. Vous êtes fier de votre ville ?

Toutes les actions qu’on a pu voir à l’œuvre me rendent très optimiste pour la suite. Instituteurs, éboueurs, agents d’entretien des rues, et personnel soignant, bien sûr… Il n’y a eu aucune interruption du service public, et les professions essentielles ont-elles aussi assuré la continuité. Sans compter la solidarité qui s’est organisée parmi les citoyens. C’est une belle leçon que l’on vient de prendre, et sur laquelle il faudra sans doute s’appuyer pour la suite.

« Nous allons individuellement devoir faire preuve de vigilance »

Justement, quel est votre sentiment vis-à-vis du monde d’après ? Il sera différent en mieux, ou allons nous retrouver nos anciennes (mauvaises) habitudes ?

Je suis plutôt optimiste, le monde d’après sera meilleur… Et en même temps, je sais que nous allons tous machinalement retourner dans nos travers. Alors, nous allons devoir faire preuve de beaucoup de vigilance, individuellement. Par exemple, de très nombreuses personnes ont pris l’habitude de la consommation via internet ces derniers temps. Et je crois qu’il va falloir la perdre, pour ne pas mettre en danger notre centre-ville, encore plus qu’il ne l’est déjà…

Vous êtes conseiller municipal d’opposition à Saint-Étienne, et également conseiller métropolitain. Quel est votre rôle au quotidien dans la crise que nous traversons ? Avez-vous travaillé dans une sorte « d’union municipale » ?

Non, pas vraiment. À un moment où la visioconférence marche, où la fibre est de plus en plus disponible, où il est donc possible de voter par écran interposé, nous nous sommes retrouvés face à des maires qui se sont réfugiés dans leur bureau, refusant toute communication. Selon moi, dans le cas de Saint-Étienne, le maire a poursuivi sa campagne durant toute cette période de confinement, postant vidéo sur vidéo pour revenir sur des choses qui avaient déjà été dites… D’une certaine manière, il s’est accaparé les décisions qui devaient être prises.

Un dernier mot, pour finir ?

Un dernier message peut-être, pour inciter les gens à ne pas repousser leurs consultations médicales, car cela peut être fatal dans le cadre de maladies graves. D’ici un an, on pourra faire le bilan de cette période, et j’espère fort qu’on ne sera pas confronté à une surmortalité chez ceux qui auront ajourné leurs visites chez leur médecin.

Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

1 commentaire

Décidément le parti vert de Monsieur LONGEON s’habitue à être la remorque du semi- remorque de la gauche.
Avec un score honorable au 1er tour ..Monsieur Longeon tête de liste se dégonfle au 2 eme tour…préférant servir la soupe à la grimace pour obtenir certainement après négociation-chantage ..quelques sièges au C.M…car Monsieur Longeon à fini seul vert au précédent C.M sa collègue Stéphanie Moreau ayant quittée le navire avant l’arrivée au port…et puos manger son chapeau Monsieur Longeon y est habitué.😎

Laisser un commentaire

Les brèves à grignoter


Gaël Perdriau réélu à la tête de Saint-Étienne Métropole

Le Conseil métropolitain d’installation de Saint-Étienne Métropole (SEM) s’est réuni mardi 7 juillet au Centre des congrès. Sans surprise, c’est Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne, fraîchement réélu le 28/06 qui a été reconduit dans ses fonctions de président de Saint-Étienne Métropole. Malgré la candidature de Gérard Tardy, maire de Lorette.

À bicyclette… électrique

Devant le succès de la prime à l’acquisition d’un vélo électrique (jusqu’à 200€), Saint-Étienne Métropole prolonge l’opération dès le 1er juillet pour la 3e fois de l’année…

Actus


Devoirs de vacances

9 juillet 2020 par Nicolas Bros

Stoppée par le Covid-19 pendant plusieurs semaines, l’année scolaire 19/20 de nombreux petits Ligériens a été largement tronquée. Les pouvoirs publics ont décidé de mettre sur pied des « vacances apprenantes ». C’est le cas dans toute la Loire et notamment à Saint-Étienne où des enfants peuvent profiter d’une semaine mêlant apprentissage et loisirs, jusqu’au 28 août.


Le textile français veut sensibiliser les consommateurs

8 juillet 2020 par Nicolas Bros

C’est une forme d’appel à l’aide face aux difficultés liées à la surproduction de masques dans les entreprises textiles françaises mais également au ralentissement de la consommation tout court. L’Union des industries textiles (UIT) lance un appel aux consommateurs et pouvoirs publics pour les sensibiliser à se tourner vers les produits textiles français. Une communication […]

S'inscrire à la Newsletter
Newsletter